Les compagnies aériennes demandent une révision des droits des passagers aériens de l'UE à une indemnisation pour les vols annulés ou retardés !

0 372

Les passagers des pays de l'Union européenne sont admissible à réclamer une indemnisation auprès des compagnies aériennes pour les vols annulés ou retardés par la faute de la compagnie aérienne et non en raison d'un cas de force majeure.

En mode normal, si le vol a plus de trois heures de retard à destination, les passagers sont éligibles pour recevoir entre 250 EURO et 600 EURO, en fonction de la distance entre l'aéroport de départ et l'aéroport d'arrivée, bien qu'un tel montant soit jugé trop élevé par les compagnies aériennes.

Selon un précédent rapport Politico, la République tchèque, qui a récemment pris la présidence du Conseil européen, a laissé entendre qu'une telle question faisait partie des sujets à discuter, selon Travel Tomorrow, cité par schengenvisainfo.com.

En outre, le rapport indique que les droits à indemnisation sont en place depuis plus de 20 ans et que les compagnies aériennes les contestent depuis encore 20 ans.

À cet égard, un rapport publié par l'Association du transport aérien (IATA) a révélé que les remboursements de billets non utilisés pour la période mars 2020 - mai 2020 s'élevaient à un total de 9,2 milliards d'euros dans l'Union européenne, ainsi qu'au Royaume-Uni. .

Récemment, un grand nombre de compagnies aériennes ont été contraintes d'annuler ou de retarder des vols, principalement en raison d'importantes pénuries de main-d'œuvre ainsi que de grèves, et les passagers peuvent demander une indemnisation. Cependant, les compagnies aériennes affirment que maintenant plus que jamais les règles doivent être revues, ajoutant que l'une des principales plaintes est que l'indemnisation est trop élevée.

 "... si vous payez 50 euros pour le billet et que le vol est annulé ou retardé, vous récupérez 250 euros. Ce n'est pas correct. Cela n'a aucun sens!", a souligné le PDG d'Airlines for Europe (A4E), Thomas Reynaert. De plus, les compagnies aériennes affirment que les retards n'ont pas beaucoup d'impact sur les voyageurs, ou du moins pas assez pour justifier une indemnisation.

Dans le même temps, Steven Berger, conseiller juridique du BEUC, a déclaré : "Si vous allez de la Lituanie au Portugal pour 30 euros et que vous êtes coincé là-bas pendant deux jours entre deux vols, est-il juste de n'obtenir que quelques euros de compensation ? Nous devons maintenir le niveau d'indemnisation et renforcer l'application".

À cet égard, l'Autorité de la concurrence et des marchés (CMA) et l'Autorité de l'aviation civile (CAA) ont demandé aux compagnies aériennes de mieux traiter les voyageurs en cas d'annulation de vol.

Dans le même temps, des groupes de défense des droits des passagers ont souligné que l'augmentation du nombre d'affaires portées devant les tribunaux est principalement due au refus de payer des compagnies aériennes, ajoutant que les règles doivent être mieux appliquées, et non réduites.

Que pensez-vous? Droits des passagers aériens ont-ils besoin d'être révisés ou sont-ils corrects tels qu'ils sont actuellement ?

Laisser un commentaire

Votre adresse email n'apparaitra pas.