TSJC a suspendu l'accord sur la fermeture des unités hôtelières et la limitation de la capacité des terrasses à 50% après que l'alerte a été relevée à 3 à Tenerife !

0 450

Mardi 29 juin La Cour supérieure de justice des îles Canaries (TSJC) a suspendu l'accord du Conseil d'administration de Tenerife, qui décrète la fermeture des hôtels et en limitant la capacité des terrasses à 50%, après la semaine dernière le niveau d'alerte sanitaire a été élevé au niveau 3.

Le gouvernement des îles Canaries a décrété la semaine dernière en Conseil de gouvernement que Tenerife devrait revenir au niveau d'alerte 3 en raison de l'augmentation des cas de coronavirus. La décision a entraîné une série de mesures restrictives qui ont de nouveau affecté l'industrie hôtelière de Tenerife, de sorte que l'intérieur des restaurants a de nouveau été fermé au public et n'était accessible que pour utiliser les toilettes ou pour ramasser de la nourriture.

De plus, le seuil de 50 % de capacité pour les terrasses extérieures et la limitation à seulement 4 personnes à table ont été fixés, et la consommation au bar a été interdite. Les hôteliers ont dû arrêter leur activité pour le moment.

Il n'y a aucune preuve scientifique que l'activité indoor ait influencé l'évolution de la pandémie à Tenerife.

Face à la décision de l'exécutif de rouvrir l'intérieur des bars et restaurants, les hôteliers de Tenerife ont annoncé qu'ils feraient appel de l'accord, affirmant qu'il est "restrictif, prohibitif, infondé et disproportionné". Les représentants de HoReCa à Tenerife ont également affirmé que il n'y a aucune preuve scientifique que l'activité à l'intérieur l'a influencé augmentation des cas de coronavirus au cours des deux dernières semaines. 

Après avoir reçu l'appel de  Fédération des zones urbaines des îles Canaries, Section II de la Chambre du contentieux administratif du TSJC décidé, à titre très préventif et donc sans entendre la défenderesse, d'approuver la demande de l'hôtellerie, étant entendu que « Ni la fermeture des hébergements ni la limitation de la capacité sur les terrasses ne se sont avérées être la cause du problème de contagion, ni ne sont fournies comme solutions. ».

La Cour accordera trois jours au Gouvernement des îles Canaries pour présenter les arguments qu'elle jugera appropriés. Au final, l'intérêt public et économique de l'île prévaut.

Laisser un commentaire

Votre adresse email n'apparaitra pas.