Les 5 les plus surprenants à l'aéroport de Francfort

Les 5 les plus surprenants à l'aéroport de Francfort

0 821

Après je vous ai présenté Top 5 métiers extrêmement exigeants de l'aviation, nous vous présentons les métiers moins connus de 5. Avec le soutien Chaîne de découverte, nous présentons exclusivement ce top.

Principaux trades 5

terminal_a_plus_frankfurt_1

Le chauffeur du «camion de miel»
Cela semble être un travail très "gentil", mais en réalité, il sent mauvais. Le système d'élimination des déchets à bord d'un aéronef est l'un des réseaux de pipelines les plus fréquemment contrôlés et nettoyés trois fois plus souvent que les moteurs. La personne responsable de l'évacuation et du nettoyage des fosses septiques après chaque vol est le conducteur du «camion de miel», qui doit connecter manuellement les tuyaux correspondants au camion. Un travail qui, s’il n’est pas effectué sans faille, laisse beaucoup de souffrance.

apiculteur
Un avion au décollage et à l'atterrissage consomme jusqu'à 3 tonnes de carburant. En conséquence, l’aéroport de Francfort compte sur un apiculteur chargé de traiter le 300,000 des abeilles mellifères qui collectent le pollen et le nectar de la région et couvrent un itinéraire de près de 80. L'apiculteur surveille la qualité chimique du miel produit afin d'évaluer l'impact de l'aéroport sur l'environnement et l'atmosphère locale. En fonction de la pollution du miel, des mesures peuvent être prises pour limiter la pollution dans la région et réduire l'impact de l'aéroport dans la région.

Le gardien du poisson
Chaque jour, cet aéroport compte deux fois plus d'animaux que d'êtres humains et chacun a son propre ensemble de problèmes. À Francfort, les poissons bénéficient d’une attention particulière de la part de l’équipe de protection des animaux, qui doit garder toutes ces vies calmes, afin de ne pas disposer que de l’oxygène disponible. Quel est le secret? Dans un monde où chaque ombre représente une proie, le responsable des poissons de l'aéroport réchauffe ces espèces sous une lumière bleue, diminuant ainsi les chances d'apparition d'ombres qui constitueraient un facteur de stress absolument inutile pendant le voyage.

Responsable de la surveillance des oiseaux, facteur de risque
L’aéroport de Francfort enregistre chaque année environ 100-200 des collisions entre oiseaux et aéronefs. Afin de protéger à la fois les oiseaux et les passagers, la personne chargée de surveiller ce facteur de risque doit créer une atmosphère hostile pour les oiseaux qui tentent de nicher dans la zone. Les éléments utiles dans ce travail comprennent le système d'alerte à distance, les pièces pyrotechniques, mais également les renards autorisés à errer dans les environs, afin de chasser les souris qui, autrement, seraient à la recherche des espèces les plus dangereuses auxquelles elles peuvent faire face. un avion: oiseaux de proie.

Le conducteur du camion de déchets en caoutchouc
Les atterrissages aux vitesses de piste sont un problème majeur pour les équipes de maintenance sur ces surfaces, car des résidus de caoutchouc brûlés obstruent les stries spécialement conçues pour drainer les eaux de pluie. Ainsi, après une forte tempête, l'eau de pluie qui s'accumule sur les pistes peut les transformer en une surface dangereuse et glissante. Le chauffeur du camion qui enlève ces fragments de caoutchouc utilise des jets d’eau sous pression pour éliminer très peu de résidus, car dans les semaines 10, il est possible d’accumuler des quantités jusqu’à 5, ce qui correspond à l’équivalent de 60 de pneus neufs.

En savoir plus sur ces métiers dans les coulisses de l'aéroport international de Francfortsur Chaîne de découverte.

Laisser un commentaire

Votre adresse email n'apparaitra pas.

Ce site utilise Akismet pour réduire les spams. Découvrez comment vos données de commentaire sont traitées.