Plus de professionnels de 300 identifieront les bonnes pratiques et solutions pour le développement du tourisme roumain entrant

0 338

Jeudi, 25 septembre 2014, Innovation Travel, autorité nationale du tourisme et InfoTravelRomania.ro, en partenariat avec le Club de presse du tourisme - FIJET Romania, organise, au complexe Elisabeta de Bucarest (BD. Elisabeta no. 45), FORUM DE VOYAGE EN ROUMANIE - le premier forum roumain consacré au segment entrant - le tourisme récepteur.

L'événement réunira des tour-opérateurs 300, des représentants du corps diplomatique, des représentants des pouvoirs publics centraux et locaux, des hôteliers et d'autres propriétaires de structures d'hébergement, des professionnels du tourisme, des représentants des médias et des blogueurs du tourisme.

INCOMING ROMANIA TRAVEL FORUM

Le thème de l'événement est l'importance et le développement du tourisme entrant pour l'économie roumaine, en tant que forme d'exportation. Le tourisme réceptif, c’est-à-dire l’accueil de touristes étrangers, est la forme de tourisme la plus efficace, après laquelle la Roumanie peut en tirer pleinement parti. Ceci est normal car entrant est l'exportation de services, peut-être même la forme d'exportation la plus simple (apparemment). Vous faites la promotion de la destination touristique de la Roumanie à l'étranger, et l'argent vient dans le pays, apporté par les touristes étrangers. Donc, nous "vendons" notre pays très efficacement. Cette forme de tourisme devrait être une priorité nationale. Et être une priorité nationale signifie être un sujet de communication entre toutes les institutions d’État agréées et le secteur privé. Par ailleurs, malheureusement, en Roumanie, nous avons au plus une douzaine d’importants voyagistes spécialisés dans l’accueil de touristes étrangers (spécialisés dans les voyages au départ, la billetterie, etc., il existe des milliers d’agences). La plupart d'entre eux se concentrent sur les marchés traditionnels: la France ou l'allemand.

But de l'événement:

- Une meilleure communication entre les voyagistes entrants et MICE, les hôteliers roumains et les représentants des médias, afin de sensibiliser à l'importance du tourisme pour le développement économique de notre pays.
- Identifier des solutions pour promouvoir et capitaliser le potentiel du tourisme roumain, suite aux débats lors du Forum
- Demander des changements législatifs en faveur du développement du tourisme roumain et de la promotion des réceptions.
- Possibilité d'accéder aux fonds européens.
- Création de clusters pour prendre en charge les entrées. Explication pratique de la notion de cluster.

Les questions que nous allons essayer d'identifier les réponses à:

 Quels sont les 6 premiers pays qui nous envoient des touristes?
 Quelles agences de voyages effectuent des réceptions?
 Combien de touristes et où chaque agence amène-t-elle?
 Avec quelles agences de voyages travaillons-nous à l'étranger?
 Quels forfaits touristiques promouvons-nous?
 Où et comment promouvoir la Roumanie?
 Quels problèmes avons-nous?
 Quelles sont les solutions pour augmenter les arrivées en Roumanie?

Comment se porte la Roumanie dans le chapitre INCOMING?

- Les 4 premiers pays qui nous envoient des touristes sont:
Allemagne; 2. Italie; 3. Pologne; 4. Autriche - à la fois le nombre de nuitées et le nombre d'arrivées de visiteurs étrangers.

À l’heure actuelle, environ 20-25 des agents de voyages roumains enregistrent un niveau de progression plus élevé et constant. Selon les données de l'Institut national de la statistique (INS), nous avons 1,7 des millions de touristes étrangers par an, dont 2013% du côté des événements et du tourisme d'affaires (personnes 80) et 1.360.000% du côté des loisirs (20). La grande majorité des touristes étrangers venant en Roumanie ne passent pas par les agences de voyages.

La véritable estimation du nombre de touristes étrangers (y compris du côté des entreprises et des événements) est établie par 400.000 amené en Roumanie par les agences de voyages, respectivement par des millions de 1,3 venant seuls / par le biais d’autres arrangements de voyage.

Les touristes étrangers ont passé l'année dernière en Roumanie 3,5 des millions de nuitées, parmi les plus bas niveaux de nuitées de l'UE, plus de quatre fois moins que les résultats en Hongrie et en Bulgarie.

Selon l'Association nationale des agences de tourisme (ANAT) et l'Institut national de la statistique (INS), l'an dernier, des millions de touristes 1,7 ont visité la Roumanie. Ils ont passé des millions de nuits dans notre pays, 3,5 fois moins qu'en Bulgarie (4 millions de nuits), 14,3 fois moins qu'en Hongrie (3,5 millions de nuits), 12,3 fois moins qu'en République tchèque ( 6 millions de nuits) et 20,8 fois moins qu'en Autriche (22 millions de nuits) ».

Les visiteurs étrangers ont dépensé en Roumanie un montant de 4,79 milliards (l’équivalent de 1,08 milliards, respectivement 635,29 euros par personne), la plus grande part étant détenue par les montants alloués au logement. Les touristes étrangers ne représentent que 18% du marché touristique roumain, comparé à 67% en Bulgarie, 49% en Hongrie, 53% en République tchèque et 71% en Autriche. Et le taux d'occupation annuel des structures d'hébergement en Roumanie ne dépasse pas 30%. Actuellement, le taux réduit de 9% s'applique uniquement à l'hébergement et aux services d'hébergement avec petit-déjeuner inclus. Le reste des services touristiques, y compris ceux des agences qui vendent des produits touristiques en Roumanie, sont soumis à la totalité du quota de 24%.

Selon l'ANAT, d'autres pays qui, ensemble, attirent des centaines de milliers de touristes roumains pratiquent chaque année une TVA réduite pour les services touristiques: la Bulgarie applique un quota de 9% à partir d'avril 2011 pour les vacances achetées par l'intermédiaire d'agences de voyages (plus de 102.000 roumains se sont rendus en Bulgarie via les agences de voyages, en 2013), la Grèce a réduit la TVA pour les restaurants à 13% pendant la crise économique (environ 100.000 Roumains sont partis en 2013 via les agences de voyages), l'Espagne a une part de 10% pour l'hébergement et pour les services de restauration (plus de 53.000 Roumains) Chypre (9% d'hébergement, 9% de restauration, environ 2.000 touristes roumains en 2013), Italie (10% d'hébergement, 10% de restauration - environ 45.000 Roumains), France (10% hébergement, 10,58% restaurant - environ 26.000 roumains), Autriche (10% hébergement, 10,62% restaurant - environ 27.000 roumains), Malte (7% hébergement, 18% restaurant - environ 4.500 roumains), Allemagne (7% d'hébergement, 19% de restauration - environ 28.000 13), Croatie (13% d'hébergement, 5.000% de restauration - env. X. 15 21 Roumains), République tchèque (3.200% d'hébergement, XNUMX% de restaurants - plus de XNUMX XNUMX Roumains).

En tant que contribution au produit intérieur brut, le tourisme a contribué l'année dernière à une contribution totale de 5,1% au PIB, ce qui place la Roumanie à la place 154 du monde, de 184 des pays derrière l'Albanie (16,7% du PIB), la Bulgarie (13,3% ), En Hongrie (10,6%), en République tchèque (8,4%) et en Slovaquie (6%), selon un rapport du Conseil mondial du tourisme et des voyages (WTTC). La contribution totale du tourisme au PIB comprend les activités directement générées par cette activité, telles que l’hébergement, les transports, les attractions, les divertissements, les achats, les dépenses alimentaires et les investissements dans le secteur du tourisme et de l’hôtellerie, auxquelles s’ajoutent les revenus indirectement générés, ainsi que les bénéfices des prestataires servant les projets. ou les installations touristiques et les dépenses générées dans l’économie par les employés du secteur.

De même, les spécialistes du Conseil mondial du tourisme et des voyages, ainsi que ceux de l’Organisation mondiale du tourisme (OMT), ont recommandé que nous "oublions" le tourisme de masse pour le tourisme entrant, à savoir le tourisme côtier et de montagne, en particulier le ski et les sports. en hiver, nous ne sommes pas compétitifs et nous nous concentrons sur le tourisme thermal, le tourisme événementiel, le tourisme culturel, écologique et rural, le tourisme d'aventure et le tourisme religieux. Mais les régions où le tourisme de masse est pratiqué représentent bien plus de 50% de la capacité touristique de la Roumanie. Que reste-t-il à faire?

Laisser un commentaire

Votre adresse email n'apparaitra pas.

Ce site utilise Akismet pour réduire les spams. Découvrez comment vos données de commentaire sont traitées.