Les États-Unis réintroduiront des sanctions contre la Biélorussie suite au détournement de l'avion RYANAIR à destination de Minsk

0 150

La Maison Blanche a annoncé que les États-Unis réimposeraient des sanctions à la Biélorussie à partir de la semaine prochaine. La décision arrive quelques jours plus tard détournement d'un avion de Ryanair à Minsk et l'arrestation d'un journaliste de l'opposition à bord.

Dans un communiqué vendredi soir, l'attachée de presse de la Maison Blanche, Jen Psaki, a qualifié l'incident d'« affront direct aux normes internationales » et a appelé le président Alexandre Loukachenko à autoriser une « enquête internationale crédible » sur les événements et à « libérer » immédiatement tous les prisonniers politiques ».

Psaki a déclaré que les États-Unis imposeraient « des sanctions de blocage total à neuf entreprises publiques en Biélorussie », ce qui interdirait aux Américains de s'engager dans des transactions avec ces entités.

Les États-Unis travaillent également avec l'Union européenne et d'autres alliés pour dresser une liste de sanctions ciblées contre les membres clés du régime de Loukachenko, et le département du Trésor rédige un nouveau décret exécutif pour Biden, qui donnerait au président une autorité accrue pour imposer sanctions contre le régime, a déclaré Psaki.

Le département d'État a lancé un avertissement aux citoyens américains les exhortant à ne pas se rendre en Biélorussie, et la Federal Aviation Administration a averti les compagnies aériennes «d'être extrêmement prudentes lorsqu'elles envisagent de voler dans l'espace aérien biélorusse».

Les actions, a déclaré Psaki, sont "en réponse aux événements du 23 mai et à l'attaque continue du régime de Loukachenko contre les libertés fondamentales".

Le week-end dernier, un avion de Ryanair volant dans l'espace aérien biélorusse sur la route Athènes-Vilnius a été détourné vers Minsk en raison d'une bombe présumée à son bord. Sur place, les agents de sécurité ont arrêté Roman Protasievici, cofondateur de la chaîne d'information sur les réseaux sociaux NEXTA.

La Biélorussie a été accusée d'avoir "détourné" l'avion civil, tandis que les autorités biélorusses ont continué à dire qu'elles répondaient à une véritable menace à la bombe et agissait pour protéger les passagers. Roman Protasievici et sa petite amie restent en détention et pourraient être condamnés à la prison à vie.

Laisser un commentaire

Votre adresse email n'apparaitra pas.

Ce site utilise Akismet pour réduire les spams. Découvrez comment vos données de commentaire sont traitées.