Le régime biélorusse de Loukachenko a "détourné" un avion RYANAIR à destination de Minsk pour arrêter un opposant à l'actuel président, Alexander Loukachenko

0 418

Dans la matinée du dimanche 23 mai 2021, un événement aéronautique sans précédent a eu lieu. Le vol FR4978 Athènes - Vilnius, opéré par RYANAIR, a été détourné vers Minsk à la demande du régime Loukachenko. L'ordre d'intercepter l'avion commercial aurait été donné par le président Alexandre Loukachenko lui-même. 

Il y avait 123 personnes à bord, dont Roman Pratasevic, qui a jeté les bases de la chaîne Nexta sur le Telegram, devenant ainsi l'une des principales sources d'information contre Alexandre Loukachenko. Il est hostile au dirigeant biélorusse et a aidé à coordonner les manifestations.

L'interception et le détournement de l'avion vers Minsk ont ​​été effectués avec un avion MiG-29 sous prétexte de l'existence d'une bombe à bord. Plus tard, il s'est avéré que tout n'était qu'une action très bien orchestrée par Alexander Lukashenko. Il y a aussi des informations circulant dans la presse internationale selon lesquelles 5 agents du KGB, le service de sécurité du Bélarus, étaient à bord de l'avion.

Détournement de l'avion Boeing 737-800 RYANAIR

Déviation de l'avion Boeing 737-800 Ryanair vers Minsk

L'avion Boeing 737-800 (SP-RSM) RYANAIR a décollé de Minsk à 20h47, avec 117 passagers à bord, soit 6 de moins que le vol initial qui a décollé d'Athènes. Il a atterri à Vilnius, la destination finale, à 21h27.

Les mesures prises par le régime de Loukachenko en Biélorussie ont suscité de vives critiques et de vives réactions de la part des dirigeants européens, selon BBC.

Le président lituanien Gitanas Nauseda a accusé la Biélorussie d '"action laide", tandis que le ministre letton des Affaires étrangères, Edgars Rinkevics, a déclaré que l'action du Bélarus était "contraire au droit international".

La Grèce et la France ont exprimé leur colère. Le Premier ministre polonais Mateusz Morawiecki a déclaré: "Le détournement d'un avion civil est un acte de terrorisme d'État sans précédent qui ne peut rester impuni."

Le ministère allemand des Affaires étrangères a déclaré que la Biélorussie devrait immédiatement expliquer à la fois l'enlèvement et l'arrestation présumée de Pratasevich.

PHOTO @tutby

Le secrétaire général de l'OTAN, Jens Stoltenberg, a déclaré que l'incident était "grave et dangereux".

L'Agence de l'aviation civile des Nations Unies, l'OACI, s'est déclarée préoccupée par un "atterrissage forcé apparent" qui pourrait "enfreindre la Convention de Chicago", qui établit des règles sur l'espace aérien et la sécurité des aéronefs.

En Grande-Bretagne, Tom Tugendhat, président du comité des affaires étrangères de la Chambre des communes, a déclaré que «forcer un avion à atterrir pour faire taire les voix de l'opposition est une attaque contre la démocratie».

Communiqué de presse publié par RYANAIR

La compagnie aérienne irlandaise Ryanair a confirmé l'incident et a déclaré avoir été alertée d'une menace pour la sécurité par les autorités biélorusses. Heureusement, "rien n'a été trouvé"!

"Ryanair a notifié les agences nationales et européennes de sûreté et de sécurité compétentes et nous présentons nos excuses sincères à tous les passagers touchés par ce retard malheureux, qui était indépendant de la volonté de Ryanair.", Il est montré dans un communiqué de la société

Espérons que cette situation ne reste pas seulement au niveau des déclarations. Il y a des questions sur la liberté de l'air: dans quelle mesure les autres vols peuvent-ils être vulnérables à ce type de comportement? Certains appellent déjà cela un acte d'agression ou de terrorisme d'État, une forme de détournement de fonds. Les passagers étaient-ils en danger? Quel précédent peut-on créer? Les vols devraient-ils être retirés de l'espace aérien biélorusse?

Reste à voir ce qui va arriver!

En voyant ce qui se passe en Biélorussie, nous pouvons apprécier davantage le fait qu'en Roumanie nous avons toujours la liberté d'expression et qu'un MiG ne vient pas nous faire taire. Dans le même temps, peut-être que nous apprécions davantage la présence de la Roumanie dans l'UE!

Laisser un commentaire

Votre adresse email n'apparaitra pas.

Ce site utilise Akismet pour réduire les spams. Découvrez comment vos données de commentaire sont traitées.