Le Musée national de la civilisation égyptienne a été qualifié de "projet culturel le plus important au monde".

0 133

Musée national de la civilisation égyptienne il s'agit du projet culturel le plus important au monde, selon Zahi Hawass, éminent égyptologue et ancien ministre des Antiquités. Hawass a noté que le musée est le projet le plus important qu'il a commencé avec Farouk Hosni, l'ancien ministre égyptien de la Culture, mais qu'il est resté inachevé en raison de la révolution du 25 janvier 2011.

Il est à noter que le musée, construit sur une superficie totale de 117 feddani à Gizeh, est le plus grand musée au monde dédié à une civilisation, et son ouverture est très attendue. Le musée contiendra plus de 5.000 XNUMX artefacts de la tombe du pharaon Toutankhamon, qui seront exposés ensemble pour la première fois depuis leur découverte. Ces artefacts seront exposés dans deux galeries dédiées au pharaon.

Hawass a déclaré qu'une statue de Ramsès II et un obélisque de son règne seraient installés au musée et que les visiteurs pourraient voir des statues de rois et de reines. "Les bateaux trouvés dans la pyramide de Khéops [à Gizeh] seront transportés au musée avec trois grandes galeries consacrées à des artefacts importants"il a ajouté. «Je crois vraiment que l’ouverture de ce musée sera la découverte culturelle la plus importante au monde, car Musée national de la civilisation égyptienne il a montré au monde que l'Égypte se soucie vraiment de ses artefacts anciens.

Le Musée national de la civilisation égyptienne a montré au monde que l'Égypte se soucie vraiment de ses objets anciens.

L'Égypte prévoit un deuxième défilé pour transférer le roi Toutankhamon à Musée national de la civilisation égyptienne. Auparavant, le ministre du Tourisme et des Antiquités, Khaled El-Anani, avait annoncé que le musée serait prêt à ouvrir d'ici juin 2021. «Nous inviterons les chefs d'État du monde entier à la cérémonie d'ouverture du musée, nous devrons donc attendre les restrictions à lever imposées par la pandémie COVID-19 », a déclaré El-Anani.

Il est à noter que jusqu'au milieu du XIXe siècle, il n'y avait pas de législation sur le commerce des antiquités en Égypte. Il y avait des milliers d'artefacts, tels que des bijoux, des statues, des gravures et même des monuments entiers, qui ont été retirés de leur environnement d'origine pour rejoindre des collections privées ou divers groupes de musées à travers le monde.

La première étape dans la réduction de la contrebande d'antiquités égyptiennes de l'étranger a été prise le 15 août 1835, lorsque le gouverneur égyptien Mohammed Ali Pacha a publié un décret interdisant l'exportation et le commerce de toutes les antiquités dans le pays. Le décret prévoyait également la construction d'un bâtiment dans le parc Azbakia du Caire, une maison pour la préservation des monuments.

Le 3 avril, les Égyptiens ont assisté à une procession historique des anciens dirigeants du pays à travers la capitale, Le Caire. Parade dorée des pharaons du Caire il a coûté plusieurs millions de dollars et était dédié au transport de 22 momies royales - 18 rois et 4 reines - de l'ancien musée égyptien à leur nouveau lieu de repos - le musée national de la civilisation égyptienne (NMEC), situé à 5 km.

Laisser un commentaire

Votre adresse email n'apparaitra pas.

Ce site utilise Akismet pour réduire les spams. Découvrez comment vos données de commentaire sont traitées.