L'histoire des « Black Boxes » dans l'aviation : l'orange est le nouveau noir !

0 190

Suite à certains accidents aériens impliquant des avions commerciaux, vous avez sans doute entendu dire que les premières actions entreprises sont celles de recherche, de sauvetage et de récupération des occupants de l'avion, mais aussi la recherche et la récupération des boîtes noires. Mais, à la surprise de certains, les boîtes noires de l'aviation sont peintes en orange. Si vous êtes curieux, nous vous invitons à lire l'histoire de la "boîte noire".

videvide

Depuis son invention et tout au long de son évolution depuis les années 1950, la "boîte noire" a joué un rôle crucial dans le maintien et l'amélioration de la sécurité des avions commerciaux. Les spécialistes de l'approvisionnement en composants Artemis Aerospace explorent cet équipement essentiel et comment il a évolué pour devenir la technologie moderne utilisée par l'industrie aujourd'hui.

Les "boîtes noires" d'un avion ont en fait officiellement deux noms distincts : Flight Data Recorder (FDR) et Cockpit Voice Recorder (CVR).

Les premières boîtes noires, littéralement, sont apparues vers les années 1950 et contenaient une bande magnétique à l'intérieur sur laquelle les données de vol étaient enregistrées. C'étaient des boîtes ignifuges, peintes en noir, pour protéger la bande magnétique. Le terme "boîte noire" a été popularisé par les Britanniques pendant la Seconde Guerre mondiale.

Le problème avec les boîtes noires à cette époque était la faible visibilité et elles étaient difficiles à repérer après les accidents d'avion. Dans ce contexte, la réglementation stipulait que tous les enregistreurs de vol devaient être peints en « orange international » afin d'être plus facilement repérables en cas d'accident. Bien que la couleur dans laquelle ils étaient peints ait été modifiée, le nom des flûtes à bec est resté "boîtes noires". Actuellement, nous pouvons associer le nom à quelque chose de mauvais car ils ne sont accessibles qu'après des accidents d'avion ou des incidents plus graves.

Bien que les premières boîtes noires aient été inventées par le scientifique australien David Warren, la première conception connue a été réalisée par François Hussenot et Paul Beaudoin au Centre d'essais en vol de Marignane en France en 1939.

Jusqu'aux années 1950, les enregistreurs de vol étaient principalement utilisés sur les avions militaires. Cependant, en 1953, le prototype FDR "The ARL Flight Memory Unit" de David Warren a été conçu spécifiquement pour les enquêtes post-accidentelles sur les avions civils et a été le premier à enregistrer les voix du poste de pilotage ainsi que les lectures des instruments de bord.

Au fur et à mesure de la numérisation des enregistrements, le FDR et le CVR ont été combinés en une seule unité appelée CVDR.

La plupart des avions commerciaux sont désormais équipés en plus d'un QAR (enregistreur à accès rapide), ce qui signifie que les données peuvent être rapidement accessibles en cas d'incidents moins graves tels que des déviations imprévues nécessitant une enquête plus approfondie.

Les systèmes d'aujourd'hui sont contrôlés numériquement et comprennent un équipement de test intégré qui enregistre les performances de l'avion. Cela signifie que les problèmes potentiels peuvent être identifiés et résolus avant qu'un incident ne se produise, ce qui rend le transport aérien encore plus sûr et plus efficace.

Les boîtes noires ont évolué et les systèmes de suivi se sont perfectionnés. Par exemple, les FDR sont équipés d'une balise de localisation sous-marine qui s'active automatiquement lorsqu'un incident se produit et que l'aéronef atteint l'eau.

Et l'avenir de l'aviation sera certainement plus sûr. Le NTSB (National Transport Safety Board) des États-Unis fait depuis longtemps pression pour l'installation d'enregistreurs vidéo dans les cockpits afin d'améliorer la qualité des informations pouvant être recueillies à la suite d'un incident. Cependant, cela n'a pas été sans controverse et l'ALPA (Airline Pilots Association) a soulevé des inquiétudes concernant la confidentialité.

Quel que soit l'avenir des enregistreurs de données de vol, ils continueront d'être essentiels au maintien de la sécurité des voyages aériens.

Laisser un commentaire

Votre adresse email n'apparaitra pas.