E-mail de "menace à la bombe" envoyé après le détournement de Ryanair par la Biélorussie

0 135

Le fournisseur de messagerie électronique Proton Technologies a déclaré que le message de « menace à la bombe » utilisé par la Biélorussie pour justifier l'interception et détournement d'un vol Ryanair, a été envoyé quelques minutes après la diversion.

Le département de l'aviation du ministère biélorusse des transports et des communications a affirmé qu'un e-mail, signé par des « soldats du Hamas », avait été reçu par l'aéroport international de Minsk (MSQ) pour avertir d'une bombe posée en vol. L'e-mail a averti que l'attaque visait des participants au Forum économique Delphi, qui s'est tenu à Athènes du 10 au 15 mai 2021. 

Le président biélorusse Alexandre Loukachenko a déclaré que l'e-mail avait été envoyé depuis la Suisse. L'organisation palestinienne a nié toute implication dans l'incident.

L'e-mail a été utilisé comme justification par le régime biélorusse pour intercepter avec un avion de chasse MiG-29 l'avion Boana 737-800 Ryanair, immatriculé SP-RSM, sur le vol FR4978 Athènes (ATH) - Vilnius (VNO).

Après l'atterrissage forcé du vol à Minsk (MSQ), deux passagers identifiés comme le journaliste d'opposition Roman Protasevich et sa compagne Sofia Sapega ont été arrêtés par le KGB, les services de sécurité biélorusses.

Cependant, le 26 mai 2021, le groupe de recherche du Dossier Center a montré des incohérences dans la version des autorités biélorusses. En effet, le courrier électronique envoyé par Ahmed Yurlanov à l'aéroport national de Minsk est arrivé à 12h57 heure locale, 27 minutes après l'entrée du vol dans l'espace aérien biélorusse et 10 minutes après l'atterrissage de l'avion à Minsk.

Proton Technologies, le fournisseur de messagerie crypté utilisé pour envoyer l'e-mail, a confirmé qu'il avait été envoyé après le détournement de l'avion. "Nous n'avons trouvé aucune preuve crédible pour étayer les allégations en Biélorussie", a écrit la société suisse dans un communiqué. "Nous soutiendrons les autorités européennes dans leurs investigations après réception d'une demande légale. »

Laisser un commentaire

Votre adresse email n'apparaitra pas.

Ce site utilise Akismet pour réduire les spams. Découvrez comment vos données de commentaire sont traitées.