Le DOD active la flotte aérienne de réserve civile (CRAF) pour le transport aérien de réfugiés en Afghanistan

0 108

Le département américain de la Défense (DOD) a activé dimanche la flotte aérienne de réserve civile (CRAF) pour aider le transport aérien depuis l'Afghanistan. L'ordre active 18 avions de six compagnies aériennes pour transporter des citoyens et du personnel américains, des demandeurs de visas spéciaux pour les immigrants et d'autres personnes "à risque" du pays contrôlé par les talibans.

Le plan fait appel à American Airlines, Atlas Air, Delta Air Lines et Omni Air pour fournir trois avions, United Airlines pour en envoyer quatre et Hawaiian Airlines deux. Les avions ne voleront pas vers Kaboul, mais plutôt depuis des stations de base dans des pays tiers voisins, permettant aux avions militaires de se concentrer sur les opérations à l'intérieur et à l'extérieur de la capitale afghane.

18 avions civils sont exploités par six compagnies aériennes

Sous CRAF, les transporteurs commerciaux conservent leur identité civile conformément aux règlements de la FAA. Cette commande marque la troisième activation du programme depuis sa création dans le cadre d'un accord entre le DOD et le ministère du Commerce en 1951.

La première activation a eu lieu à l'appui de l'opération Desert Shield et Desert Storm pendant la première guerre en Irak, d'août 1990 à mai 1991. La deuxième activation a eu lieu pendant l'opération Iraqi Freedom de février 2002 à juin 2003.   

L'annonce du DOD intervient trois jours après que le gouvernement russe a proposé d'envoyer des avions civils directement à destination et en provenance de Kaboul pour soutenir les opérations d'évacuation.

Les talibans ont refusé une série de demandes d'atterrissage à l'aéroport international Hamid Karzai de Kaboul à divers demandeurs, dont l'Ukraine, qui a envoyé un avion militaire Ilyushin Il-76MD pour évacuer les militaires et les civils ukrainiens. 

Les talibans ont placé une série de canons antiaériens à tir rapide et de missiles autour de la clôture de l'aéroport pour soutenir l'interdiction de vol. Les autorités talibanes font des exceptions au cas par cas et ont exempté l'armée de l'air américaine jusqu'au 30 août.

Des compagnies aériennes d'autres pays ont déjà commencé à exploiter des services d'affrètement à destination et en provenance d'Afghanistan, notamment Lufthansa, qui a transporté environ 130 personnes depuis la capitale de l'Ouzbékistan, Tachkent, le 18 août.

Les alliés des États-Unis et de l'OTAN ont effectivement maintenu le contrôle du côté piste de l'aéroport alors qu'ils s'efforcent de coordonner les efforts d'évacuation à un rythme apparemment imprévisible grâce aux plans de retrait militaire dirigés par les États-Unis. 

Laisser un commentaire

Votre adresse email n'apparaitra pas.