La Commission européenne enquête sur le prêt de 400 millions d'euros de l'Italie à Alitalia

La Commission européenne enquête sur le prêt de 400 millions d'euros de l'Italie à Alitalia

0 205

Le 28 février 2020, la Commission européenne a annoncé l'ouverture d'une enquête sur un prêt de 400 millions d'euros accordé par l'Italie à Alitalia. L'enquête vérifie si cette aide d'État est conforme aux règles de l'Union européenne. La Commission travaille en étroite collaboration avec les autorités italiennes sur cette question.

Fin 2019, le gouvernement italien a annoncé qu'il soutiendrait la compagnie aérienne Alitalia avec 400 millions d'euros, argent prêté. L'objectif est de rendre l'entreprise plus efficace et peut-être que quelqu'un se retrouvera à acheter les actifs de l'entreprise.

Alitalia est au milieu d'une enquête de l'UE

Depuis mai 2017, Alitalia est sous administration extraordinaire conformément à la loi italienne sur la faillite. Le plan de restructuration et d'efficacité a été rejeté par les salariés de l'entreprise. Il prévoyait le licenciement de 1700 11000 employés sur les XNUMX XNUMX que compte l'entreprise. Depuis lors, le gouvernement italien recherche de nouveaux acheteurs, mais sans succès.

Rappelons qu'en 2018, la Commission européenne a ouvert une nouvelle enquête pour une aide d'État d'un montant de 900 millions d'euros. L'enquête est en cours et indépendante de la nouvelle enquête approfondie.

L'aide d'État est soumise à un contrôle très strict de l'exécutif européen. Elle peut apporter un avantage indu à l'entreprise au détriment des concurrents et, par conséquent, la concurrence dans l'Union européenne peut être faussée. Les aides d'État sont normalement interdites, mais il peut y avoir des exceptions.

Nous parlons également de l'exception dans le cas de TAROM, qui a reçu une aide d'État d'un montant de 36,7 millions d'euros (environ 176 millions RON). Ce prêt a été approuvé par la Commission européenne.

Les lignes directrices de la Commission concernant les aides au sauvetage et à la restructuration permettent aux États membres de soutenir les entreprises en difficulté. L'aide au sauvetage peut être offerte avec un délai de remboursement de six mois, période pendant laquelle l'entreprise doit élaborer un plan de restructuration et d'efficacité.

Laisser un commentaire

Votre adresse email n'apparaitra pas.

Ce site utilise Akismet pour réduire les spams. Découvrez comment vos données de commentaire sont traitées.