Carpatair a demandé et obtenu la protection de la loi sur l'insolvabilité

0 543

Derniers jours, Carpatair a annoncé le programme d’exploitation estival de 2014. Et aujourd'hui, il annonce l'insolvabilité.

Carpatair SA demandé et obtenu dans 23 Janvier 2014 la protection de la loi insolvable dans l’intention de suivre un processus de réorganisation judiciaire, après une période de 15 années de présence notable sur le marché du transport aérien régulier en Roumanie et dans la région. Les causes d'une telle décision sont principalement liées à l'existence de différends contre l'aéroport de Timisoara ayant pour objet des activités anticoncurrentielles actuellement examinées par Commission européenne, mais aussi par les juridictions et les autorités nationales, les dommages estimés à plus de 30 millions d’euros.

Au cours du processus de réorganisation, la société poursuivra une activité commerciale normale et sa gestion sera assurée par l'équipe de direction actuelle dirigée par Nicolae Petrov, sous la supervision de l'administrateur judiciaire désigné.

Pour le reste de la saison hivernale, jusqu’à la fin du mois de mars, le programme d’exploitation a été réduit, en maintenant les vols rentables, afin de permettre une réorganisation efficace. Ainsi, la compagnie réduira considérablement ses coûts et ses pertes au plus fort de l’année pour le secteur du transport aérien.

L’aéroport de Timisoara était, pendant la période 2000-2013, la principale base d’exploitation de Carpatair SA

L’importance de l’investissement Carpatair dans le pôle urbain de Timisoara:

- 50 millions d'euros d'investissements suisses dans la compagnie aérienne, l'usine de réparation d'aéronefs, l'école de pilotage;
- Plus de 380 vols hebdomadaires sur l'aéroport de Timisoara vers 34 destinations;
- Plus de 500 000 passagers transportés chaque année à l'aéroport de Timisoara;
- Assurance de plus de 50% des revenus de l'aéroport de Timisoara (3.5 millions d'euros par an);
- Plus de 500 emplois hautement qualifiés fournis chez Carpatair et environ 300 autres dans les unités et entreprises qui ont fourni des services connexes: aéroport, police des frontières, service de sécurité, douanes, restauration, etc.
- Garantir environ 4.5 millions d'euros de revenus salariaux annuels qui ont stimulé la consommation de services et de biens sur le marché local;
- Assurer environ 3.75 millions d'euros de contributions annuelles au budget de l'État à travers les impôts sur le revenu, la CAS, le chômage, la santé, etc.

Laisser un commentaire

Votre adresse email n'apparaitra pas.