L'Autriche a imposé des restrictions plus strictes à 16 pays tiers et aux États-Unis depuis le 15 septembre

0 50

Les citoyens américains ne seront plus autorisés à entrer en Autriche à moins qu'ils ne présentent un certificat de vaccination ou de guérison de la maladie, car le gouvernement autrichien a retiré le pays de la liste des pays épidémiologiquement sûrs. À partir du 15 septembre, les seuls voyageurs américains autorisés à entrer en Autriche seront vaccinés avec des vaccins COVID autorisés par l'Agence européenne des médicaments (EMA).

De plus, pour être éligible, au moins 14 jours doivent s'être écoulés depuis le rappel (pour les vaccins bidose) et 22 jours après l'administration du vaccin monodose (Janssen). Ainsi, la durée de conservation du vaccin bidose est de 360 ​​jours, tandis que le vaccin monodose est valable 270 jours après la vaccination.

Les citoyens américains qui se sont remis d'une infection à coronavirus seront également éligibles pour entrer en Autriche, à condition qu'ils puissent prouver qu'ils se sont rétablis au cours des 180 derniers jours, ou s'ils sont testés positifs pour les anticorps COVID-19 pas plus de 90 jours. En revanche, les Américains non vaccinés sont tenus de remplir un formulaire d'inscription à leur arrivée, de déclarer un test PCR négatif et d'être mis en quarantaine pendant dix jours.

Les restrictions ne s'appliquent pas aux voyageurs vaccinés.

Les autorités autrichiennes reconnaissent le test PCR moléculaire, qui ne doit pas être effectué plus de 72 heures avant l'arrivée, et les tests (rapides) d'antigène, qui ne doivent pas être effectués plus de 48 heures avant l'entrée dans le pays. La preuve du résultat du test doit inclure le nom complet du passager, la date de naissance, la date et l'heure du test, le code QR unique et la signature de l'autorité responsable du test.

À l'exception des États-Unis, les voyages soumis à des mesures plus strictes à partir du 15 septembre comprennent Albanie, Arménie, Azerbaïdjan, Brunei, Israël, Japon, Kosovo, Monténégro, Macédoine du Nord, Serbie et Thaïlande. Aussi, selon un communiqué de presse publié par l'ambassade d'Autriche à Washington, à partir du 15 septembre, Le Brésil, le Chili, le Costa Rica, le Suriname et le Zimbabwe seront considérés comme des zones d'intérêt, tandis que l'Eswatini, le Lesotho, le Malawi, le Mozambique, la Namibie et l'Uruguay seront retirés de cette liste.

Ces mesures ont suivi la recommandation de la Commission européenne d'interdire les voyageurs américains d'entrer dans les pays européens en raison de l'augmentation du nombre de cas positifs au coronavirus. Cette recommandation a été adoptée par plusieurs autres pays avant l'Autriche, y compris L'Italie, premier pays à appliquer des mesures plus strictes pour les Américains.

Les données du Centre européen de prévention et de contrôle des maladies (ECDC) montrent que 73.5% de la population autrichienne est vaccinée avec la première dose et 69.8% de la population est complètement immunisée contre le virus. En revanche, 54.4% de la population américaine est totalement vaccinée et 63.8% de la population a reçu la première dose du vaccin.

Laisser un commentaire

Votre adresse email n'apparaitra pas.