"J'aimerais être pilote, mais je sais que je dois avoir de bonnes notes"

0 752

J'ai découvert que novembre était 20 Le jour du sabbat, un événement international qui marque Journée des droits de l'enfant. Cette année, l'événement a également été organisé en Roumanie, à Bucarest et à Craiova, où divers professionnels et autorités ont accepté d'enseigner le « relais » à quelques enfants pendant quelques heures.



L'un des jeunes qui appréciait l'attention des aînés était Marius. Il a 11 ans et est un élève de cinquième année à l'école "Amza Pelea" à Băileşti, comté de Dolj. Je ne vais pas vous raconter l'histoire de la famille (il a 12 frères), mais je vais prendre de mediafax quelques informations sur la façon dont il a fini par être conducteur de la circulation aérienne au sol, à l'aéroport d'Otopeni.

J'ai été impressionné par les déclarations et l'enthousiasme du jeune homme, même s'il n'avait que X ans.

Je veux aller en avion n'importe où, histoire de voir à quoi ça ressemble. J'aimerais devenir pilote. Je sais que je dois avoir des notes élevées pour être pilote, 9 et 10. J'ai beaucoup de notes à l'école et de haut, à partir de cinq ans, mais une fille a pris 3.

Bien qu'il porte un uniforme, Marius n'échappe pas aux contrôles de routine. Il passe par des filtres. Puis il quitte l'aéroport et monte dans la voiture qui dit, grand, "Suivez-moi." C'est la voiture qui accompagne les avions quand il y a du brouillard ou dans des situations particulières", explique le mentor. « Les voitures courent après les bandes blanches, ici, à l'aéroport. Ils ont leurs propres routes spéciales. Les avions vont après la bande jaune. Il y a 150 décollages et 150 atterrissages », explique Octavian Berlean. "Mais ne se frappent-ils pas ?" Il y a beaucoup de. De moins en moins de petits passent dans notre rue", Se demandait Marius.

A 11,20hXNUMX, à l'aéroport, l'avion Tarom de Sofia s'apprête à atterrir. Marius se tient devant le conducteur de la circulation, avec ses écouteurs et sa station allumée, et secoue ses pagaies. Tout est sous contrôle. Le pilote suit attentivement les mouvements de l'enfant. La voiture "Follow Me" accompagne l'avion à distance. Un autre virage et l'avion s'arrête à quelques mètres du garçon. Marius est content. "Je l'ai arrêté, je l'ai arrêté ! Mais pas seul. C'est gros, mais il s'est arrêté quand je lui ai fait signe.", le garçon aime.

La visite se termine, Marius reçoit des cadeaux. Lorsque vous quittez l’aéroport, regardez en arrière et répétez: "J'aime plus les avions maintenant. Je piloterai des avions. Ou je vais les conduire en bas avec des pagaies et des lampes de poche. S'il te plait reviens "dit l'enfant, heureux.

Vous rendez-vous compte que nous avons encore des espoirs pour une meilleure Roumanie ? Ce jeune homme est excité et heureux car il a réussi à arrêter un gros avion. Il s'est senti « important » pendant quelques heures et peut devenir pilote ou contrôleur de la circulation. Mais il faut savoir qu'il est issu d'une famille nombreuse et je suis persuadée qu'il sait combien il est difficile de devenir "grand" !

Souhaitons-lui du succès!

Laisser un commentaire

Votre adresse email n'apparaitra pas.