Les syndicats TAROM exigent la démission du conseil d'administration

1 411

TAROM, le transporteur aérien de la Roumanie, est devenu comme une balle de ping-pong dans le scandale opposant les membres du conseil d'administration dirigé par Dan Pascariu et la direction exécutive privée directement aux côtés de Christian Heinzmann.

Cette bataille ne fait rien de bon, elle détruit simplement ce qui a été construit au cours des derniers mois 6. Christian Heinzmann, PDG privé de TAROM, a accompli son travail bien au-delà des attentes, malgré les accusations de plusieurs membres du CA. Lucian Isar, un ancien membre du CA, écrit sur son blog que TAROM est bénéficiaire depuis mai. Alors, comment un homme peut-il être accusé d'incompétence lorsqu'il fait fructifier l'entreprise? De plus, le plan doit être mis en œuvre au cours des années 4 et non des mois 6.

Pendant plusieurs jours, les syndicats de TAROM ont pris position et réclamé la démission du conseil d'administration. Je souhaite mettre en place une commission d'enquête du Corps de contrôle du Premier ministre afin de vérifier les abus de la direction administrative et exécutive, mais également de détecter, par le biais de la voix de son président, Dan Pascariu, l'image et les dommages économiques possibles causés par les récentes déclarations de la direction de l'AC.

Lors d'une conférence de presse, qui a eu lieu aujourd'hui - 18.07.2013, le secrétaire général de l'Union technique nationale (SNTT) TAROM, Aurel Curdov, a déclaré:

"Nous, les syndicats TAROM, sommes fatigués de la querelle et du fait qu'il n'y ait pas d'accord au sommet de l'entreprise. Pratiquement, le Conseil d'Administration s'immisce dans toutes les décisions qu'il prend sur le directeur général Christian Heinzmann. Je peux vous donner d'innombrables exemples. L'entreprise fonctionne par inertie, car ils se disputent tout le temps. Leur rapidité - parce que la première chose qu'ils ont faite a été d'obtenir des vols gratuits et à la fin de l'année dernière d'offrir des bonus pour ce qu'ils n'ont pas fait, mais les employés de l'entreprise. M. Heinzmann, si j'ai bien compris, a arrêté ces primes, qui ont été répercutées l'année suivante. C'est-à-dire qu'à la fin de cette année ils devraient toucher ce bonus de plus de 10.000 XNUMX euros chacun".

« Les syndicats de TAROM constatent avec déception que toute apparition de la direction de CA TAROM dans les médias ne fait que porter atteinte à l'image de l'entreprise de manière répétée et grave, susceptible d'affecter la réputation de ses salariés et de frustrer leurs efforts, soutenus dans un environnement hautement concurrentiel et extrêmement difficile tant au niveau national qu'international de maintenir l'entreprise sur une trajectoire ascendante en termes de qualité des services fournis aux passagers. »

, ont déclaré les syndicalistes.

Les syndicalistes apprécient également que Dan Pascariu abuse de sa position et se permette «de manière injustifiée et provocante» de méconnaître et d'humilier les salariés de l'entreprise à chaque intervention publique, prouvant, selon eux, un manque de cohérence et d'argumentation dans les entretiens.

En outre, les syndicats accusent les membres du conseil d’administration d’être préoccupés par l’obtention de leurs propres revenus et avantages, ce qui prouve le manque d’intérêt réel pour instaurer un climat de sérieux, de professionnalisme, d’équité et de confiance en leurs propres valeurs, au moyen de nominations à des postes clés. personnes sans formation ni expérience approfondie dans le domaine.

La préoccupation « obsessionnelle » du CA pour les restructurations est aussi un sujet sur lequel les syndicalistes tirent la sonnette d'alarme, étant donné que, disent-ils, « des gens viennent de l'extérieur ».

"Ils viennent avec des gens de l'extérieur, ils les parachutent en fait dans cette entreprise. Nous avons des gens dans l'entreprise qui pourraient occuper ces postes et sont maintenus avec des salaires misérables. Ils ont l'éducation et la formation nécessaires. Il y a peut-être un besoin de restructuration. Des réalisateurs ont été amenés… les autres n'ont pas changé, ils se sont imbriqués les uns dans les autres. Nous avons créé une succursale pour licencier un administrateur parce que cela dérangeait les membres du conseil d'administration. On fait venir un directeur de la communication, on fait venir des chefs de cabinet ainsi que des salaires plus élevés que les autres, et on casse la direction financière en trois, pour faire place à d'autres de l'extérieur. Et c'est gênant pour le Conseil de venir proposer des restructurations et licencier des personnes ! Nous acceptons n'importe quelle option, mais discutons-en et prenons d'abord la leur, qu'ils ont apportée ",

a affirmé le président du Syndicat d'Exploitation Technique de l'Aéronef, Cristian Voinea.

Concernant les dépenses de personnel, les syndicats disent qu'elles ne représentent que 18% du budget de l'entreprise, étant donné que pour les autres transporteurs aériens, elles sont de 25 à 30%. Selon les représentants syndicaux, le nouveau régime de retraite est destiné aux salariés les moins bien rémunérés, laissant les salariés les mieux rémunérés bénéficier des mêmes avantages qu'auparavant.

Un autre problème est le manque de communication avec les syndicats.

"Nous sommes en juillet et je n'ai encore assisté à aucune réunion du conseil d'administration. Notre simple présence aurait pu améliorer les choses ou nous aurions pu tirer la sonnette d'alarme, car nous montons dans les avions, nous volons avec eux, nous les réparons, nous sommes parmi les passagers et nous sommes les premiers à pouvoir apporter des signaux positifs ou négatifs concernant ce qui se passe dans l'entreprise (…) Nous n'avons jamais été leurs partenaires. Ils pensent qu'un plan de gestion peut être mis en œuvre dans les bureaux par six personnes. Il n'y a aucun canal de communication entre l'AC et nous. Pour être honnête, avant-hier et hier nous avons été invités par le Conseil d'administration à une discussion sur le plan de gestion et la stratégie de développement de l'entreprise, mais en l'absence du directeur général Christian Heinzmann. Je trouve aberrant de discuter d'une question aussi importante avec CA seul. Ensuite, le plan de gestion ne nous a pas été remis, mais seulement une esquisse de celui-ci"

, a montré à son tour le président de l'Union des pilotes roumains, Octavian Iosif.
(Source: agerpres)

Il y a quelques jours, sur la page facebook"Enregistrer TAROM»Le communiqué de presse suivant a été publié:

Les syndicats représentatifs et unis de la société TAROM adoptent une attitude et lancent une protestation ferme et ouverte contre la position et les déclarations récentes du conseil d’administration (CA) de TAROM, par le biais de la voix du président ou de M. Dan Pascariu, sur divers aspects concernant la gestion, l’organisation et l’activité de l’opérateur. national aérien.
Unions TAROM:
• constate avec déception que toute apparition de la direction de CA TAROM dans les médias ne fait qu'entraîner des dommages répétés et sérieux à l'image de l'entreprise, risquant d'affecter la réputation de ses employés et de contrarier leurs efforts - soutenus dans un environnement fort et extrêmement concurrentiel difficile à la fois en interne et à l'international - maintenir la compagnie sur une tendance à la hausse de la qualité des services fournis aux passagers;
• reconnaît que M. Pascariu a abusé de sa position et s’autorise de manière injustifiée et provocante à ne pas tenir compte et à humilier les agendas de la société lors de chaque intervention publique, ce qui prouve un manque de cohérence et des arguments dans les entretiens donnés, les syndicats considérant que tout cela est indigne pour un haut représentant. facteur décisionnel d’une entreprise de réputation TAROM;
• Masquer et accuser ouvertement et fermement:
o la rapacité des membres du conseil d'administration, axée principalement sur la garantie de leurs propres revenus et avantages;
un manque d'intérêt réel de l'AC pour établir un climat de sérieux, de professionnalisme, d'équité et de confiance en ses propres valeurs par le biais de nominations à des postes clés de certaines personnes sans formation ni expérience approfondies dans un domaine particulier;
une préoccupation obsessionnelle de l'AC pour la restructuration (considérée comme une fin en soi), comprenant donc exclusivement les licenciements du personnel, sans communiquer de manière transparente la vision et la stratégie envisagées pour la relance de l'entreprise, bien que les dépenses avec le personnel ne représentent que 18% du budget société;
o l’augmentation totale et injustifiée des dépenses liées à la création de nouveaux postes de direction, alors qu’au niveau déclaratif, l’intention est de restructurer;

• a affirmé avec responsabilité et fermeté, au nom des employés de TAROM, qu'ils ne renonceraient pas à se battre pour sauver la société et la marque TAROM, une marque renommée, construite à temps et avec l'investissement de nombreux efforts des employés.
Dans le contexte présenté ci-dessus, les syndicats estiment approprié et nécessaire:
la prise en charge réelle de la responsabilité du Conseil d'Administration quant aux erreurs répétées et reconnues concernant les décisions prises dans le cadre de la mise en œuvre du programme de gestion, programme considéré comme « expérimental » par le Président du Conseil, à travers la démission collective et immédiate du Conseil d'administration du TAROM ;
demande la création d'une commission d'enquête de l'organe de contrôle du Premier ministre afin de vérifier les abus de la direction administrative et exécutive de TAROM.

MESSAGE AUX PASSAGERS DE L'ENTREPRISE DE TAROM
Les syndicats de TAROM, exprimant la volonté des représentants des employés de l'entreprise, assurent en toute responsabilité le passager de TAROM:
continuera de tout mettre en œuvre pour respecter les normes de sécurité des vols et de qualité des services offerts
TAROM dispose de spécialistes ayant une grande expérience dans tous les domaines d'activité, qui sauront relever tous les défis et veilleront à ce qu'ils n'arrêtent pas de se battre, car TAROM continue de porter fièrement le drapeau de la Roumanie dans le monde.
Notre message à vous:
Continuez à nous faire confiance - nous vous promettons de ne pas vous décevoir.

UNIONS REPRÉSENTANTES DE TAROM

À l'automne 2012, j'ai écrit un article dans le magazine ANAT intitulé "TAROM, les volets!„. Le sujet principal était TAROM et la situation dans laquelle il se trouvait à l'époque. Dans ces lignes, j'ai mentionné que je soutenais la transition vers la gestion privée, mais en mentionnant que l'ensemble du processus devrait être dépolitisé. Je n'ai pas changé d'avis. Je soutiens M. Christian Heinzmann et je suis convaincu que seules ces personnes auront le pouvoir d'amener TAROM à la ligne de flottaison. J'en ai marre des intérêts politiques, des intérêts cachés et des mensonges racontés par certains membres du Conseil.

TAROM, les volets!

Laisser un commentaire

Votre adresse email n'apparaitra pas.