Le «certificat EU COVID-19» sera officiellement lancé en juin

0 1.021

La semaine dernière, le Parlement européen (PE) a approuvé le nouveau "EU COVID-19 Certificate" - le même certificat numérique vert proposé par la Commission européenne, mais avec un nom différent - qui sera limité à 12 mois, le passeport qui permettra de retrouver une mobilité internationale "sûre" au sein de l'Union européenne.

Le Parlement européen a déclaré que les titulaires "Certificat UE COVID-19" ils ne devraient pas être tenus de se conformer à des restrictions de voyage supplémentaires, telles que la quarantaine, l'auto-isolement ou les tests. Les députés demandent que "Les pays doivent offrir des possibilités de tests universels, accessibles, rapides et gratuits pour éviter la discrimination contre les personnes non vaccinées pour des raisons économiques."

Des doutes éthiques ont marqué dès le départ l'idée d'un passeport européen de vaccination. Ainsi, afin d'éviter toute discrimination, les députés demandent que les tests soient gratuits, ainsi que les vaccins, afin que les citoyens de l'UE vaccinés et non vaccinés puissent voyager avec une ou plusieurs mesures de sécurité. Tout le monde pourra voyager au sein de l'Union européenne, mais ceux qui ne sont pas vaccinés seront soumis à des restrictions, car chaque État membre aura le pouvoir d'imposer ses propres restrictions, y compris ceux qui sont vaccinés.

"Certificat UE COVID-19" facilitera les voyages en toute sécurité cet été.

Les négociations commenceront cette semaine, car tous les pays de l'UE ne voient pas les choses de la même manière et il n'y a pas de conditions claires sur la manière d'appliquer le certificat européen. De plus, tout le monde ne pense pas de la même manière au sujet des restrictions qui devraient être appliquées à ceux qui sont et ne sont pas vaccinés.

La France a été le premier État membre de l'UE à délivrer un certificat, suivant les recommandations de la Commission européenne. Le gouvernement français a mis à jour l'application de suivi TousAntiCovid pour y inclure les résultats des tests et les certificats de vaccination, notamment depuis le certificat il peut également être obtenu auprès de personnes qui ont été partiellement vaccinées.

L'Espagne mettra en œuvre le certificat numérique en juin et effectuera un test pilote en mai. "Ce système apportera la certitude, un élément clé pour regagner la confiance dans les voyages", a déclaré le secrétaire d'Etat espagnol Fernando Valdés sur Twitter. Le projet espagnol doit également prendre en compte les communautés autonomes.

Pour sa part, le Royaume-Uni envisage de tester un certificat Covid, mais en se concentrant sur des événements massifs à l'intérieur, tels que des matchs de football et des spectacles. Le gouvernement a déclaré début avril que le certificat commencerait à être testé à la mi-avril et qu'il serait développé dans les mois à venir.

Les États-Unis ne soutiennent pas la création d'un certificat de voyage accepté à l'échelle mondiale.

Comme le certificat européen, le certificat britannique comprendra les résultats des tests, les certificats de vaccination ou même un certificat prouvant que la personne a été immunisée. L'application ne sera pas utilisée dans les transports en commun, les magasins ou les bars. Cependant, ce projet de loi a été critiqué pour son caractère «discriminatoire».

En termes de voyages internationaux, le Royaume-Uni reste concentré sur système de feux de circulation avec laquelle il classera les destinations touristiques à partir du 17 mai. L'Union européenne se concentre également sur le développement de son propre certificat pour les pays membres, qui n'inclut plus le Royaume-Uni et ajoute une difficulté supplémentaire aux relations britanniques avec leurs destinations préférées dans l'UE.

Aux États-Unis, la Maison Blanche a déjà décidé en avril qu'il n'y aurait pas de base de données fédérale de vaccination et pas de mandat fédéral exigeant que chacun obtienne un seul carnet de vaccination. Ainsi, les États-Unis ont écarté la création d'un passeport fédéral de vaccination ou demandé aux Américains immunisés contre Covid-19 d'obtenir une accréditation spécifique, une idée qui a généré des divisions dans le pays.

Cependant, la porte-parole de Washington, Jen Psaki, a laissé la porte ouverte au secteur privé pour développer ses propres modèles de passeports de vaccination, comme le font déjà plusieurs entreprises du pays, mais a insisté sur le fait que le gouvernement n'impliquera pas et ne soutiendra pas un tel certificat.

Laisser un commentaire

Votre adresse email n'apparaitra pas.

Ce site utilise Akismet pour réduire les spams. Découvrez comment vos données de commentaire sont traitées.