Association des compagnies aériennes africaines : la mesure de l'UE visant à bloquer les voyages vers les pays africains est discriminatoire

0 145

L'Association des compagnies aériennes africaines (AFRAA) considère discriminatoire l'interdiction de voyager imposée par l'Union européenne aux pays africains en raison de la nouvelle souche COVID-19, tout en déclarant également qu'une telle décision aggravera l'industrie aéronautique.

Selon le secrétaire général de l'AFRAA, Abdérahmane Berthé, imposer des restrictions aussi strictes que les États membres de l'UE l'ont fait stigmatise les pays africains et ne respecte pas les restrictions imposées aux régions du reste du monde.

« Pourquoi frappez-vous l'Afrique alors que le virus est signalé dans d'autres régions ? Toute tentative de stigmatiser l'Afrique par des interdictions de voyager ne fonctionnera pas. Il ne faut pas confondre politique et science. La variante Omicron est désormais détectée dans plusieurs régions du monde, mais les interdictions de voyager semblent cibler l'Afrique. C'est un affront aux efforts mondiaux pour trouver une solution durable. », a déclaré le chef de l'AFRAA.

Une approche similaire a été partagée plus tôt cette semaine par l'IATA, qui déclare que les restrictions de voyage n'affectent pas les taux d'infection au COVID-19 et a exhorté les États membres de l'UE à prendre des mesures supplémentaires pour minimiser le risque d'infection.

Selon le Centre africain de contrôle et de prévention des maladies (CDC), les interdictions de voyager pour les voyageurs en raison de nouveaux virus n'ont pas donné de résultat significatif. Au lieu de cela, le CDC suggère que les gouvernements donnent la priorité à leurs mesures de santé publique et sociale.

Par ailleurs, les autorités sanitaires mondiales ont critiqué l'interdiction de voyager imposée aux pays africains. Le directeur exécutif de l'Organisation mondiale de la santé, Mike Ryan, a déclaré qu'il était important de se concentrer sur le problème et de ne pas punir les pays pour avoir fait leur travail scientifique et fait preuve de transparence dans la communication de nouveaux développements.

"Ces interdictions de voyager sont basées sur la politique, pas sur la science. C'est faux… Pourquoi fermer l'Afrique alors que ce virus est déjà sur trois continents ? »

De plus, Amesh Adalja, chercheur principal au Johns Hopkins Center, a déclaré que les interdictions de voyager ne fonctionnent pas et ne font que stigmatiser un pays, qui est dans ce cas l'Afrique du Sud. En conséquence, les pays qui ont isolé et signalé le virus seront pénalisés pour avoir été transparents. 

Adalja a également mentionné que la lutte contre COVID-19 est moins prévisible maintenant, car des tests, des vaccinations et d'autres outils sont disponibles, et les interdictions de voyager ne devraient même pas être discutées pour le moment.

Laisser un commentaire

Votre adresse email n'apparaitra pas.